Enseignants, assistants, collaborateurs scientifiques et administratifs

Bouchet Thomas

Coordonnées Curriculum Recherches Enseignements Publications

Axes de recherche

Charles Fourier (1772-1837) : pensée politique, pensée sociale
Depuis plus de vingt ans je travaille sur les sources et la bibliographie relatives à Charles Fourier. J'ai à mon actif une quinzaine de communications et d'articles centrés sur divers aspects de sa pensée (derniers en date : février 2017 et janvier 2018). Je joue un rôle scientifique aux Cahiers Charles Fourier. Seul et en équipe, je suis en train d'approfondir dans des directions qui me sont encore peu familières (exemples : ce que Fourier doit à la pensée politique du XVIIIe siècle ; l'éventail des lectures de l'oeuvre de Fourier aux XXe et XXIe siècles). À partir de tout cela il sera me semble-t-il envisageable que je m'engage sans trop attendre dans l'écriture d'une biographie intellectuelle de Fourier.

Droit au travail, XVIIIe-XXIe siècle
Je suis engagé dans le programme international de recherche « Rights, Duties and the Politics of Obligation : Socioeconomic Rights in History » - dans ce cadre je m'intéresse spécifiquement au droit au travail entre la Révolution française et la Première Guerre mondiale, dans les sphères socialistes mais aussi au-delà. Colloques et rencontres de travail ont ponctué cette recherche collective. Un numéro spécial de French Studies (fin 2019) permet de faire connaître certains des résultats obtenus.

Joseph Déjacque (1821-1865). le premier des libertaires
Joseph Déjacque (1821-1865), ouvrier-poète parisien exilé en Angleterre puis aux États-Unis, a inventé le mot « libertaire » dans une lettre-brûlot adressée à Proudhon en 1857. Travailler sur sa pensée et sur son existence, c'est s'interroger aussi sur les raisons pour lesquelles il est plutôt absent du paysage de la pensée politique et sociale. Dans cette perspective s'articulent depuis 2015 des initiatives individuelles et des recherches collectives qui ont rendu possible la publication de deux ouvrages : Joseph Déjacque, À bas les chefs ! Ecrits libertaires (1847-1863), introduction et notes par Thomas Bouchet, Paris, La Fabrique, 2016 ; Thomas Bouchet et Patrick Samzun, dir., Libertaire ! Etudes sur l'écriture, la pensée et la vie de Joseph Déjacque, 1821-1865, Besançon, PUFC, 2019.

L'Encyclopédie nouvelle, 1833-1847 : embrasser l'ensemble des connaissances humaines
"Livre qui, au moyen d'une doctrine générale, embrasse le cercle entier des connaissances humaines" : voilà ce qui est annoncé en 1833 dans le prospectus de l'Encyclopédie nouvelle, dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel, offrant le tableau des connaissances humaines au 19e siècle, sous la direction de Pierre Leroux et de Jean Reynaud.

Le programme L'Encyclopédie nouvelle a pour objectif d'analyser et de faire connaître cette oeuvre majeure et finalement très peu étudiée. Il est porté par des chercheuses et chercheurs du Royaume-Uni (Oxford), de France (Lyon) et de Suisse (Lausanne). J'ai la responsabilité de l'équipe lausannoise. Sous la forme de séances de séminaire, le programme existe depuis l'automne 2018 et doit s'achever à la fin du printemps 2021. Il en résultera un ouvrage collectif.

Langages du politique au XIXe siècle
Les recherches sur les premiers socialistes permettent de s'inscrire dans une réflexion plus générale sur les langages du politique. Pour l'heure je mets l'accent sur les projets de langue universelle ou de langue unitaire dans la première moitié du XIXe siècle ; je suis également très intéressé par les processus d'invention néologique. Cela n'a pour l'instant donné lieu qu'à des expressions ponctuelles (interventions dans des colloques ; remarques dans le cadre d'articles consacrés à des questions connexes). J'aimerais que ce terrain de recherche prenne davantage d'importance dans mes travaux à venir.

Les premiers socialismes (1808-1860)
Je contribue dans ce domaine depuis plusieurs années à un travail de recherche collectif, qui s'est construit notamment sur la base de deux programmes ANR (Agence nationale de la recherche, France) : « Penseurs et expérimentateurs socialistes 1830-1860) en 2012-2015 puis « Le Saint-simonisme 18-21 » en 2015-2019. Il s'agit pour moi de mettre en relation l'histoire de la pensée politique et l'histoire politique et sociale à diverses échelles. Mon rôle consiste à participer à la coordination et à la mise en oeuvre des rencontres scientifiques, à étudier seul ou en équipe diverses figures individuelles et collectives des premiers socialismes (des fouriéristes aux saint-simoniens, de Robert Owen à Jules et Désirée Gay et à Joseph Déjacque). J'ai fait porter l'accent ces derniers temps sur l'owenisme en Europe continentale et sur des acteurs/actrices méconnu.e.s de cette histoire. La parution en décembre 2019 (PUFC, collection « Archives des imaginaires sociaux ») d'un travail collectif centré sur le penseur et activiste libertaire Joseph Déjacque, que j'ai coordonné avec Patrick Samzun, est l'une des expressions récentes de cette recherche.

Les transitions politico-sociales au XIXe siècle
L'atelier "Penser la/les transition(s), accueilli par le Centre Georges Chevrier (UMR 7366, CNRS - université de Bourgogne, France), réunit des chercheuses et des chercheurs en Sciences humaines et sociales - histoire, anthropologie, ethnologie, sociologie, etc.

Deux objectifs sont poursuivis : susciter des approches croisées et pluridisciplinaires liées aux recherches portant sur la désindustrialisation, sur les mondes ouvriers et du travail, sur la coopération, sur les conflits sociaux, sur l'environnement ou la justice environnementale, sur les expériences de l'anticapitalisme, etc. ; développer une réflexion sur le caractère situé de ces entreprises de connaissance induisant la perspective de postures scientifiques engagées ou impliquées. Bref il s'agit de faire en sorte que le motif de la transition - sous-entendu le plus souvent comme transition socio-écologique - promeuve une science concernée et mobilisée par et devant les urgences de notre temps.

Dans ce cadre, je travaille en équipe sur les transitions au prisme des pensées critiques du 19e siècle, via séances de séminaire et publications.

Utopies, de Thomas More à nos jours
Engagé sur ce terrain depuis une vingtaine d'années, je participe depuis 2018-2019 à la réflexion sur « Utopie et expérience » conduite au sein du CWP : atelier « lectures utopiques », cycle de conférences données par des collègues extérieurs à l'UNIL et spécialistes de la question. À titre individuel je prépare un essai sur « Utopie », éditions Anamosa, collection « Le mot est faible », parution prévue à l'automne 2020.


Retour

Suivez nous:  
Partagez: