Enseignants, assistants, collaborateurs scientifiques et administratifs

Fillieule Olivier

Coordonnées Curriculum Recherches Enseignements Publications

Axes de recherche

Gestion des foules et maintien de l'ordre public en Europe

Sociologie des mouvements sociaux et du militantisme

Socialisation

Construction des problèmes publics et média

La mobilisation sociale dans la lutte contre le sida

Politiques de l'environnement

Les mobilisations alter-mondialistes

Les militants des partis populistes en Suisse

Les mobilisations environnementales

 

Projets

Projets FNS

Les conséquences biographiques de l'engagement durant la décennie mouvementée (1968-78) en Suisse
2015 - 2018  (36  mois)
Requérant·e: Cécile Péchu, Olivier Fillieule, Philippe Gottraux
Autres collaborateurs-trices: Nuno Pereira
Les anciens « soixante-huitards » sont souvent présentés comme ayant « retourné leur veste ». Or des études menées aux Etats-Unis ou en France tendent à montrer que les militants restent plutôt fidèles à leur passé, toute leur vie étant affectée par leur expérience militante : ils sont plus à gauche que leurs contemporains, et ont des carrières professionnelles et des vies familiales plus chaotiques que ces derniers. Qu'en est-il en Suisse ? La recherche vise à explorer le devenir des « soixante-huitards » helvétiques. Elle porte sur deux familles de mouvements encore peu étudiées : la Nouvelle Gauche Radicale et les mouvements de travailleurs, étudiées à Genève et à Zurich.
La recherche observe la manière dont les caractéristiques des individus avant l'engagement, les spécificités des groupes dans lesquels ils s'intègrent, et les contextes dans lesquels ils agissent, pèsent sur les conséquences biographiques de l'engagement durant la « décennie mouvementée » (1968-1978). Ces conséquences sont analysées dans trois sphères de vie : politique, professionnelle et familialo-affective.
Au final, trois objectifs sont visés: 1) étudier empiriquement ce que sont devenues les personnes engagées dans deux familles de mouvements 2) enrichir les travaux historiques sur l'engagement durant la décennie 1968-1978 3) formuler un modèle théorique pour l'étude des effets socialisateurs multiples des mouvements sociaux, en intégrant le rôle des contextes nationaux et subnationaux.
Alliant approche historique et sociologie politique, utilisant des méthodes d'enquête variées, la recherche contribue à évaluer les effets à long terme des mouvements de la décennie 68-78, à partir des changements micro-sociaux résultant de pratiques sociales nouvelles dans les domaines politique, professionnel et familial.

Autres projets

Désescalade de la violence et gestion des foules protestataires : quelle(s) articulation(s) en France et en Europe aujourd'hui ?
2019 - 2020  (18  mois)
Organisme subventionnaire: Défenseur des droits, autorité constitutionnelle indépendante  (France)
Requérant·e: Olivier Fillieule
Autres collaborateurs-trices: Fabien Jobard, Andréa Kretschmann, Anne Wuilleumier
Le programme de recherche comprend trois volets :
- Une étude empirique de la formation des policiers à la gestion des foules protestataires en Angleterre, Irlande du Nord et Allemagne;
- Un travail d'enquête auprès des services français (entretiens, suivi d'expérimentations);
- Un séminaire de réflexion collective axé sur la comparaison des pratiques françaises et européennes.

 

Collaborations

Interuniversitaires

CNRS et CRPS Université Paris I Sorbonne
Action concertée incitative (ACI-Réseau européen) financée par le CNRS (France) avec le Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS Paris I), sur le thème « les mobilisations contre la 'mondialisation néo-libérale' »
France

Université Paris I Sorbonne - CRPS
Cotutelles
France

City University of New York
Echanges doctorants, projets publications communs.
U.S.A.


Retour

Suivez nous:  
Partagez: