Vous êtes ici UNIL  > Formations > Bachelors > Choisir son Bachelor > Galerie de portraits > Sciences de l'environnement

Et vous, comment avez-vous choisi vos études?

Sophie Sandoz, Baccalauréat universitaire en géosciences et environnement, orientation sciences de l'environnement

Une formation multidisciplinaire pour comprendre les problèmes environnementaux

J’ai passé ma maturité dans le canton de Fribourg, puis effectué un séjour linguistique d’un an en Norvège. Je me suis ensuite inscrite en sciences de l’environnement à l’EPFL. J’ai été sensibilisée dès mon enfance aux enjeux environnementaux, notamment grâce à des voyages dans des pays en développement, et j’avais envie de pouvoir agir sur des problèmes comme la pollution. Malheureusement, j’ai assez vite remarqué que ces études, très axées sur l’ingénierie, ne me correspondaient pas: trop de sciences de base et pas assez d’environnement! Je me suis donc réorientée vers les sciences de l’environnement à l’UNIL, et particulièrement l’environnement humain.

La première année en sciences de l’environnement est très générale. Nous suivons beaucoup de cours en commun avec les géographes et les géologues. Nous acquérons les bases dans toutes les matières, de l’écologie à la géologie en passant par les maths, la physique et la chimie, mais aussi l’économie, les sciences politiques et le droit. J’aime beaucoup cette approche multidisciplinaire, qui permet de faire de nombreux liens et de comprendre comment les différents enjeux environnementaux interagissent entre eux et avec d’autres problématiques. J’ai des centres d’intérêt très variés et n’ai jamais souhaité me spécialiser trop, c’est donc idéal pour moi! Dans la sous-orientation environnement humain, nous nous concentrons toutefois plus sur les sciences sociales que sur les sciences naturelles. Au fil des années, les thématiques deviennent de plus en plus précises. J’ai entre autres beaucoup apprécié le cours de pensée écologique dans lequel nous étudions les idées de base et l’évolution du mouvement environnemental. C’est un sujet typique des sciences de l’environnement humain, qui ne serait abordé ni à l’EPFL ni dans l’orientation environnement naturel. En 3e année, nous avons beaucoup de projets dans lesquels nous pouvons mettre en pratique les théories et travailler de manière indépendante. Nous allons aussi sur le terrain, par exemple pour visiter des entreprises et découvrir ce qu’elles mettent en place au niveau écologique. Enfin, nous devons réaliser un travail personnel de Bachelor. Dans ce cadre, je m’intéresse aux connexions entre land art et changement climatique, à travers l’exemple d’une oeuvre réalisée pour promouvoir l’Agenda 21 local. On voit ainsi que l’art peut apporter une certaine visibilité à la thématique du climat. Ce travail me permet à la fois d’appliquer les connaissances acquises lors des études, et de créer des liens entre ma passion pour l’environnement et mon intérêt pour l’art.

Les atouts de la Faculté…

J’apprécie beaucoup que ces études s’appuient sur la notion de durabilité forte, c’est-à-dire qu’elles osent remettre en question le système actuel et notre modèle de consommation. Nous apprenons ainsi à faire preuve d’esprit critique. Un autre point fort de la Faculté des géosciences et de l’environnement, c’est l’excellente ambiance qui y règne. Les étudiant·e·s en géosciences partagent une certaine ouverture d’esprit et un engagement par rapport aux questions environnementales. Nous sommes un peu idéalistes! Grâce à ces points communs, il est facile de nouer des amitiés et une grande solidarité nous unit. Les enseignant·e·s aussi sont très accessibles. N’hésitez pas à leur poser des questions! Profitez des rencontres organisées par l’Association des étudiant·e·s en géosciences ou fréquentez Zélig, le bar des étudiant·e·s, pour faire des connaissances. Mais attention, gérez bien votre temps, notamment pendant la période de révision avant les examens. Le rythme de travail y est nettement plus intense qu’au collège! D’autant plus qu’il vaut mieux éviter de se contenter du minimum pour ne pas avoir de mauvaises surprises.

Des perspectives ouvertes sur d’autres horizons

Après mon Bachelor, je poursuivrai mon cursus à l’UNIL dans le cadre du Master en fondements et pratiques de la durabilité. Je suis ouverte à de nombreuses opportunités professionnelles, y compris à l’étranger si c’est possible.

Partagez: facebook twitter linkedin email imprimer
Unicentre - CH-1015 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 11 11
Fax +41 21 692 20 15