Beat Roth

roth.jpg
© Gilles Weber, SAM

Version du 13 août 2020

Beat Roth, professeur ordinaire

Spécialiste des calculs et du cancer de la vessie, Beat Roth a été nommé professeur ordinaire de l’UNIL et chef du Service d’urologie du CHUV au 1er novembre 2019.

Après des études de médecine à Bâle, Beat Roth effectue la majeure partie de sa formation à Berne, hormis un hiatus de deux ans, entre 2011 et 2013, où il effectue un séjour de recherche au MD Anderson Cancer Center de Houston, au Texas. Il s’oriente vite vers l’urologie, où il se spécialise dans le traitement des calculs et du cancer de la vessie. A l’Hôpital de l’Île, avant de rejoindre le CHUV, il dirigeait la Clinique universitaire d’urologie et le centre de lithotripsie, et il avait son propre groupe de recherche sur le cancer de la vessie.

Beat Roth est très impliqué dans le réseau national de la recherche: il a été un des armateurs de la Swiss Kidney Stone Cohort (SKSC), registre intégrant tous les hôpitaux universitaires et les grands hôpitaux de Suisse. «Les chercheurs peuvent puiser dans cette cohorte, qui compte plus de 1200 patients, avec des données standardisées», explique le médecin.

Il est également l’un des piliers de l’étude clinique NOSTONE, qui arrive à son terme, et qui vise à évaluer l’efficacité de l’hydrochlorothiazide, à différents dosages, pour le traitement des calculs, et éviter leur récidive. NOSTONE inclut 420 patients.

Dans son autre domaine de recherche, le cancer de la vessie, il obtient en 2010 le prix Pfizer récompensant ses travaux sur le cancer invasif de la vessie. Il s’intéresse également à la réadaptation des patients après une cystectomie. A Houston, il fait partie de l’équipe qui réalise, la première, une cartographie génétique des tumeurs invasives de la vessie. Les chercheurs identifient ainsi plusieurs groupes de tumeurs, qui ont chacun une sensibilité différente aux traitements: de quoi orienter la prise en charge.

Arriver à Lausanne comme professeur ordinaire et chef du service permet à Beat Roth de «gérer lui-même un service selon ses idées». Ses idées consistent tout d’abord à créer des centres de sous-spécialités dans une discipline, l’urologie, devenue trop complexe pour tout maîtriser, en laissant une autonomie aux directeurs de ces centres. Ensuite, le professeur veut mettre l’accent sur la formation des médecins assistants. Notamment, il faut qu’ils puissent «effectuer le plus de gestes possible».

Bio express

1974 Naissance
1994-2000 Etudes de médecine à l’Université de Bâle
2001-2005 Poursuit sa formation en médecine et en chirurgie aux hôpitaux d’Olten puis d’Aarau
2005-2011 Médecin assistant et chef de clinique (2008) au Service d’urologie de l’Hôpital de l’Île, Berne
2011-2013 Séjour de recherche au sein du Département d’urologie du MD Anderson Cancer Center, Houston
2013-2016 Médecin associé du Service d’urologie à l’Hôpital de l’Île, Berne
2016 Privat-docent de l’Université de Berne
2017-2019 Médecin-cadre du Service d’urologie à l’Hôpital de l’Île, Berne
dès 2019 Professeur ordinaire de l’UNIL et chef du Service d’urologie du CHUV

Par Nicolas Berlie, Communication FBM

TOP ^

Suivez nous:  
Partagez:
Rue du Bugnon 21 - CH-1011 Lausanne
Suisse
Tél. +41 21 692 50 00
Fax +41 21 692 50 05
chuv-logo.svg